¤ How to get away with murder – Saison 2 (Peter Nowalk, 2016) ●●●●●

Aussi brillante qu’elle est sexy, aussi intelligente qu’elle est redoutable, Annalise Keating est une avocate de la défense qui s’occupe principalement des cas désespérés. Du plus dangereux criminel à la simple fraude fiscale, tous ses clients sont présumés coupables par l’accusation. Alors qu’elle vient de choisir le groupe d’étudiants qui va l’épauler dans son travail cette année, un meurtre cruel fait frissonner tout le campus…

Après une première saison qui frôlait la perfection en matière de série judicio-policière, Murder revient pour quinze nouveaux épisodes encore plus dantesques. On va plus vite. On voit plus loin. Grâce à la mise en scène ultra-dynamique le spectateur est pris au piège du scénario jusqu’à la dernière minute. On prend les mêmes et on recommence, avec plus d’enjeux, plus de folie. Et c’est tout simplement grisant. Vivement la saison 3…

¤ Riverdale – Saison 1 (Roberto Aguirre-Sacasa, 2017) ●●●○○

La petite ville de Riverdale est en émoi après la découverte du cadavre d’un adolescent juste avant la rentrée scolaire. Trois amis d’enfances, Archie, Betty et Jughead vont mener l’enquête et remonter le fil de l’été pour découvrir ce qu’il s’est réellement passé.

Si les six premiers épisodes laissaient présager de jolies choses, on est malheureusement bien vite rattrapé par tous les travers intrinsèques aux séries teenage des dernières années. Lourdeurs, stéréotypes et maladresses s’invitent en deuxième partie de saison. Tantôt divertissant donc. Tantôt chiant comme la pluie. Dommage, on était plutôt bien parti…

¤ Get Out (Jordan Peele, 2017) ●●●●○

Alors qu’ils sont en couple depuis plusieurs mois, Chris n’a pas encore fait la connaissance des parents de Rose, sa chère et tendre. Lorsque ces derniers invitent les tourtereaux à venir passer un week-end dans leur résidence, Chris est très loin de se douter de ce qui l’attend.

Du cinéma comme je l’aime. Jordan Peele orchestre son thriller avec un subtil mélange d’humour et d’horreur, sur un fond de racisme ordinaire assez extraordinaire. On se laisse happer par l’ambiance oppressante, par le casting terrifiant, on se laisse surprendre par les ressorts scénaristiques et autres rebondissements. Au final le propos du film n’est clairement pas là où on l’attend, et c’est assez brillant.

¤ Grave (Julia Ducournau, 2017) ●●●●●

Dans la famille de Justine, tout le monde est vétérinaire. Et végétarien. Alors qu’elle intègre à son tour la prestigieuse école où étudie sa sœur aînée, Justine subit un bizutage forcé. Obligée de manger de la viande crue dès le premier jour, les conséquences sont immédiates et l’adolescente va devoir faire face à sa vraie nature.

Immense découverte du mois. Immense découverte de l’année ? Le film de Julia Ducournau est une gifle en plein visage. Une gifle qui laisse une empreinte encore quelques minutes. Qui laisse la joue chaude du coup reçu. C’est un film qui éprouve. Qui ne laisse pas le spectateur indifférent. Et qui le pousse dans ses retranchements. C’est un récit d’apprentissage et d’émancipation aussi intelligent qu’il sait être gore. Pour Justine, comme pour nous, c’est une quête viscérale. Une faim insatiable. Qui s’achève dans un final aussi brillant qu’inattendu. Des films comme ça, j’en veux tous les jours…

¤ Pretty Little Liars – Saison 5 et 6 (I. Marlene King, 2014/2015) ●●○○○

Un an après la mystérieuse disparition de leur amie Alison, quatre filles sont les victimes d’un maître chanteur anonyme qui les harcèle et les terrorise pour mieux les manipuler.

Si je continue de m’accrocher c’est plus par principe que par intérêt. Rien ne vient sauver la série du désastre dans lequel elle s’enlise. C’est une véritable catastrophe de non-sens, d’incohérences, de personnages secondaires sans intérêt, d’intrigues mineurs qui ne servent à rien. Bref, il est temps que la série s’arrête…

¤ Dix pour Cent – Saison 1 et 2 (Fanny Hereero, 2015/2017) ●●●●○

Les boires et les déboires de quatre agents de stars dans la fameuse agence parisienne ASK.

Qui a dit que les séries télévisées françaises étaient indignes d’intérêt ? Clairement Fanny Hereero et Dix pour Cent viennent contredire tous les préjugés à ce sujet. Si, forcément, le quatuor d’acteurs qui règne en maître sur ASK est l’un des atouts majeurs de la série, on est également séduit par tous les guests qui sont mis en scène au fil des épisodes et touché par les thématique abordées au cours des deux saisons. Sous leurs allures légères, les problématiques sont plus graves qu’il n’y paraît. Et on se délecte de voir nos personnages chéris s’y frotter. Il paraît qu’une troisième saison arrive. Il paraît.

De Films en Aiguilles – Juin 2017
Étiqueté avec :                                                                                        

4 avis sur « De Films en Aiguilles – Juin 2017 »

  • 5 février 2018 à 8 h 53 min
    Permalien

    Grave est un des meilleurs films que j’ai vu l’an dernier. Tout cinéma confondu. Get Out était aussi une excellent surprise. le retournement final est trés inattendu pour le coup^^.

    Répondre
  • 5 février 2018 à 9 h 01 min
    Permalien

    L’affiche de Grave, elle fait penser à Eleven…

    Dix pour cent c’est top ! Je valide et vous conseil également de regarder cette série !

    Répondre
    • 5 février 2018 à 22 h 38 min
      Permalien

      Toujours pas vu Grave ? Il va falloir remédier à ça !
      Je suis contente qu’on se retrouve sur Dix pour Cent 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *