« Bah oui, mais heu… C’était juste un truc de quatre pages que j’avais fait comme ça à l’époque… Et c’était un moyen de dire à mon papa que je l’aimais beaucoup…

Enfin je veux dire, là, en ce moment, il est… »

Un petit garçon passe l’été avec son papa magicien. Afin d’offrir des vacances tous frais payés à son enfant, le prestidigitateur a accepté un emploi de mascotte mobile, deux mois sur les routes de France. Quelques années plus tard, un papa magicien se retrouve à l’hôpital après des années d’excès, et son petit garçon, qui n’en est plus un, vient se recueillir à son chevet.

Chaque Chose n’est pas vraiment une histoire imaginée. Chaque Chose n’est pas vraiment une histoire tout à fait réelle non plus. Mais à travers cette autofiction, l’auteur remanie quelque peu ses souvenirs pour livrer un récit introspectif doux amer, doublé d’une délicieuse déclaration d’amour à son enfance et à celui qui l’a élevé.

D’un côté un road movie décalé sur les routes pluvieuses de France, de l’autre un thriller médical qui serre le coeur, au milieu Julien Neel. Julien Neel enfant, petite bouille ronde face à cette figure paternelle taciturne mais débordante d’amour. Julien Neel adulte, grandi, face à la maladie qui affaiblit le corps et l’esprit de son prestidigitateur de père. Entre ces deux narrations, des transitions visuelles intelligentes et recherchées qui aident le lecteur à cheminer dans la mémoire et l’intimité de son auteur-illustrateur.

Au centre du récit, une relation filiale dans tout ce qu’elle a de plus beau et de plus pudique. Un rapport père-fils entretenu et soutenu par une galerie de personnages secondaires qui traversent les époques pour apporter une touche de fantaisie et de légèreté. C’est touchant. C’est parfait. Et on ne voit clairement pas les pages passer…

Visuellement, on est sur quelque chose de très sobre. Des souvenirs dans les tons jaunâtres et marron, des couleurs plutôt chaudes, à la limite du sépia, comme dans un flash back. Un présent plus bleuté, plus froid, qui rappelle la neutralité des hôpitaux, le dur réveil des personnages face à la réalité. Néanmoins, une douceur visuelle lie les deux époques, et on admire des dessins aux contours flous, crayonnés, parfois brouillonnés, comme émergeant d’un lointain brouillard. Et c’est tout simplement bouleversant.

Au détour d’une bulle ou d’une page, Chaque Chose vient rappeler à quiconque lui accordera le temps d’une lecture l’importance de s’attacher aux petits détails qui font nos vies, qui nous lient les uns aux autres et qui rendent le passé si doux mais le présent si important.

Chaque Chose, Julien Neel

112 pages / 16, 25 €

ISBN : 9782070572977

Gallimard, 2006

Tous les liens sont chez Stephie !

Chaque Chose – Julien Neel
Étiqueté avec :                                        

42 avis sur « Chaque Chose – Julien Neel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *