¤ Vue sur mer (Angelina Jolie, 2015) ●●●○○

Milieu des années 1970. Une station balnéaire dans le sud de la France. Roland et sa femme Vanessa sont venus y trouver le calme qui leur manque aux Etats Unis pour faire le point sur leurs carrières respectives et leur couple. Alors que leur relation s’effiloche, ils croisent la route de deux amoureux, heureux et fraîchement mariés.

Si son long-métrage n’est pas toujours pertinent, Angelina Jolie met ici le doigt sur un sujet sensible qu’elle essaie de traiter avec beaucoup de grâce et de pudeur. Le résultat est instable. Tantôt le film est fulgurant d’émotions, tantôt il ne ressemble plus qu’à une superbe coquille vide. On appréciera l’esthétique du film, les costumes, les accessoires, les décors et les jolis mouvement de sa réalisatrice. On saluera également l’interprétation des acteurs, sauf Mélanie Laurent, qui encore une fois fait du Mélanie Laurent…

¤ Pretty Little Liars – Saison 3 (I. Marlene King, 2012) ●●●○○

Un an après la mystérieuse disparition de leur amie Alison, quatre filles sont les victimes d’un maître chanteur anonyme qui les harcèle et les terroriste pour mieux les manipuler.

Après une seconde saison qui permettait vraiment de donner une identité et un brin d’originalité à la série télé, nos Pretty Little Liars reviennent une fois de plus sur le petit écran. Cette troisième saison tient encore la route, même si on sent que doucement les scénaristes sont en train de s’enliser dans quelque chose qu’ils vont peiner à maîtriser.

¤ Pretty Little Liars – Saison 4 (I. Marlene King, 2013) ●●○○○

Un an après la mystérieuse disparition de leur amie Alison, quatre filles sont les victimes d’un maître chanteur anonyme qui les harcèle et les terroriste pour mieux les manipuler.

Voilà, nous y sommes ! Pretty Little Liars s’est embourbée dans son propre scénario. A force de relier l’intrigue principale à des sous intrigues mineures, d’introduire des personnages fugaces et futiles, les scénaristes nous ont lassés, et même perdus. C’est dommage, lors de certains épisodes la série retrouve sa flamme, son humour et son originalité, mais ça ne reste malheureusement qu’éphémère… Mention spéciale tout de même à un épisode monochrome, hommage aux films noirs américains des années 1950. C’est ça qu’on aime. C’est ça qu’on veut voir…

¤ How to get away with murder – Saison 1 (Peter Nowalk, 2015) ●●●●●

Aussi brillante qu’elle est sexy, aussi intelligente qu’elle est redoutable, Annalise Keating est une avocate de la défense qui s’occupe principalement des cas désespérés. Du plus dangereux criminels à la simple fraude fiscale, tous ses clients sont présumés coupables par l’accusation. Alors qu’elle vient de choisir le groupe d’étudiants qui va l’épauler dans son travail cette année, un meurtre cruel fait frissonner tout le campus…

Une première saison qui tient son spectateur en haleine du premier au dernier épisode. Des personnages intelligents, intéressants, qui ne révèlent pas leur jeu et n’abattent pas leurs cartes aussi vite qu’on pourrait le penser. Une mise en scène dynamique, qui sert merveilleusement tout le propos des scénaristes. On passe un excellent moment, et on en redemande encore et encore ! Vivement la seconde saison !

De Films en Aiguilles – Mai 2017 #02
Étiqueté avec :                                                            

2 pesnées sur “De Films en Aiguilles – Mai 2017 #02

  • 13 juillet 2017 à 10 h 24 min
    Permalien

    Je ne connais pas du tout Pretty Little Liars mais j’ai entendu parler de How to get with murder. Il faudrait que je la regarde.

    Pour Vue sur mer, c’est trés beau, mais en effet, on navigue entre l’intéressant et le rien. Et quand on est dans le rien, c’est trés trés lent… C’est vraiment dommage.

    Répondre
    • 13 juillet 2017 à 11 h 15 min
      Permalien

      Si tu peux te mettre à How to get away with murder, tu ne seras pas déçu. Surtout que les deux premières saisons sont sur Netflix 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *