Cadavre et Sofa

« Cette nuit-là, nous fîmes l’amour et nous nous sentîmes observés mais peu nous importait. La brise était chaude, la soirée infinie et parfaite. »

C’est l’été. Christian, un jeune garçon du village a disparu. Plus aucun enfant ne sort désormais. Tous restent enfermés. Tous sauf Polo. Lui préfère largement partir en exploration dans les collines, les prairies et les terrains vagues alentour. C’est là qu’un jour il fait la connaissance de Sophie. Une adolescente toute de noir vêtue et fascinée par les loups-garous. Ensemble ils vont se retrouver au cœur du mystère de la mort de Christian, après avoir découvert son corps sans vie au milieu de nulle part.

cadavre-et-sofa01

Avec Le Cadavre et le Sofa, c’est dans la moiteur de l’été et avec un léger un parfum de désenchantement que Tony Sandoval revient une fois de plus sur ses thèmes de prédilection. L’adolescence, la mort, le rêve, la sexualité… Autant de sujets qu’ô combien il maîtrise. Qu’ô combien il transcende de sa plume et de son pinceau oniriques.

Mêlant la réalité la plus sordide (cruauté des enfants, cadavre en décomposition…) aux rêveries adolescentes les plus fantasques (découverte de l’amour, fantasme fiévreux d’un autre monde…), l’auteur et illustrateur arrive à créer une fois de plus un univers bien à lui, dont on ne sort pas indemne. On aime. On déteste. Mais on ne reste pas indifférent.

cadavre-et-sofa02

Pour ma part, j’en suis folle. Je raffole des subtilités de son scénario macabre, des va-et-vient entre deux mondes opposés mais pourtant jamais si différents. J’aime sa manière toujours bienveillante de traiter la jeunesse, sans pour autant l’épargner. Je suis sous le charme de ses couleurs désaturées et de son trait tantôt vif et acéré, tantôt doux et arrondi.

Et pourtant, lire Tony Sandoval, est pour moi une épreuve. Puisque c’est l’assurance toujours de ne jamais trouver assez de superlatifs dans la langue française pour qualifier la bande dessinée achevée. Et bon sang, ce que ça peut être frustrant…

Interligne 2

Le Cadavre et le Sofa, Tony Sandoval

96 pages / 17 €

ISBN : 9782888906728

Paquet, 2014

BD_de_la_semaine_BIG_salmon

Chez Mo !

Le Cadavre et le Sofa – Tony Sandoval
Étiqueté avec :                                

22 pesnées sur “Le Cadavre et le Sofa – Tony Sandoval

  • 26 octobre 2016 à 8 h 54 min
    Permalien

    Je ne connaissais pas et je t’avoue que je suis curieuse de découvrir ses dessins … effectivement on ne peut rester insensible !
    Bon, j’irai zyeuter à la médiathèque …

    (En fait, lire les BD de ce RDV me fait noter encore plus de livres qu’avant. Mouarf ! )

    Répondre
    • 29 octobre 2016 à 14 h 26 min
      Permalien

      C’est pareil pour moi ! Je vois plein de choses que j’ai envie de piquer ici ou là 🙂

      Répondre
  • 26 octobre 2016 à 9 h 39 min
    Permalien

    Un auteur qui ne peut laisser personne indifférent, c’est quitte ou double avec lui. J’avais adoré cet album !

    Répondre
  • 26 octobre 2016 à 10 h 30 min
    Permalien

    Toujours très perturbant de lire Sandoval… mais moi aussi j’adore ça !

    Répondre
  • 26 octobre 2016 à 10 h 40 min
    Permalien

    Je l’ai lu aussi mais j’ai tout oublié jusqu’à la personnalité même de ces deux enfants. Il y a quelque chose qui m’avait échappé et je n’étais pas parvenue à m’installer dans cet univers. J’avais eu le même ressenti avec « Doomboy » et de fait je n’ai jamais remis le nez dans un album de Sandoval depuis, ne sachant trop vers quel ouvrage me pencher. Si tu as un conseil.. 😉

    Répondre
    • 29 octobre 2016 à 14 h 27 min
      Permalien

      Je n’ai pas encore lu Doomboy. Mais j’avais beaucoup aimé Le Serpent d’Eau 🙂

      Répondre
  • 26 octobre 2016 à 15 h 28 min
    Permalien

    Bon ben j’ai plus qu’à le lire maintenant (je l’ai à la maison) ! J’espère être aussi enthousiaste que toi !

    Répondre
    • 29 octobre 2016 à 14 h 27 min
      Permalien

      Ah ? Génial ! Hâte de lire ton avis 🙂

      Répondre
  • 26 octobre 2016 à 16 h 07 min
    Permalien

    Ça donne bien envie aussi ! Et ça en fait des articles en peu de temps, qu’est-ce qui se passe ?^^ Que ça reste comme ça, c’est trés bien^^.

    Répondre
    • 29 octobre 2016 à 14 h 28 min
      Permalien

      Un élan de motivation ! Et du temps libre aussi !

      Répondre
  • Ping : Satanie (Vehlmann & Kerascoët) – Bar à BD

  • 26 octobre 2016 à 18 h 39 min
    Permalien

    J’avais aussi beaucoup aimé cet album. Ca fait plaisir de le voir mis en avant !

    Répondre
  • 28 octobre 2016 à 15 h 28 min
    Permalien

    Sandoval me fait rêver. Je crois que mon préféré reste Le Serpent d’eau. Tu l’as déjà lu ?

    Répondre
    • 29 octobre 2016 à 14 h 30 min
      Permalien

      C’est mon préféré également pour le moment 🙂

      Répondre
  • 30 octobre 2016 à 14 h 56 min
    Permalien

    Le scénario m’intrigue, ton billet me met en appétit et le graphisme me séduit. Une fort belle couverture aussi ! Je note.

    Répondre
    • 13 novembre 2016 à 14 h 34 min
      Permalien

      J’espère que tu aimeras autant que moi 🙂

      Répondre
  • Ping : Mon Top 10 des BDs et romans découverts en 2016 – TWENTY THREE PEONIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *