016

« Il est inutile de chercher à se rassurer en essayant de croire que ces horreurs sont le propre de contrées lointaines, d’un horizon qui n’est pas le nôtre. Tout cela est en germe dans le monde dans lequel nous vivons, et en chacun de nous. »

Automne 2001, alors que le monde est sous le choc des attentats du 11 septembre, la police londonienne remonte de la Tamise le corps décapité, démembré et mutilé d’un petit enfant noir. Tout porte à croire qu’il s’agit là d’un meurtre rituel. Complètement dépassée, Scotland Yard décide de faire appel à Richard Hoskins, un professeur de théologie, passionné par l’Afrique, et spécialisé dans les affaires culturelles et religieuses.

Partant de ce sordide fait divers qui a défrayé la chronique et affolé l’Europe toute entière, Richard Hoskins revient sur l’enquête qu’il a menée main dans la main avec la police anglaise pendant plus de dix ans. Dans un style très littéraire, il nous conte tout d’abord son investigation, et comment son investissement dans cette affaire l’a ramené au Congo qui lui est si cher, et à un drame personnel survenu une décennie plus tôt.

Puis dans un second temps, Richard Hoskins nous parle de lui, de l’impact de cette sombre histoire sur sa vie professionnelle et personnelle, sur sa santé physique et mentale. Il nous explique comment son intervention dans l’enquête sur le meurtre cruel du petit Adam a fait de lui un expert criminologe sollicité aujourd’hui par les polices du monde entier.

L’Enfant dans la Tamise est un témoignage fort. D’autant plus fort qu’il est traité à la manière d’un roman, de manière très narrative, et qu’on finit parfois par en oublier que tout cela est vrai. Et que la cruauté est malheureusement bien présente et ancrée dans nos sociétés ô combien civilisées, ô combien contemporaines. Trafic d’êtres humains, violences faites sur mineurs, esclavage sexuel, manipulations et sacrifices… Tout ça au nom de quoi ?

Un document sur lequel je ne me serais pas penchée de prime abord, mais dont je suis contente qu’il ait rejoint ma bibliothèque tant sa lecture a été un véritable coup de poing.

Interligne 2

L’Enfant dans la Tamise, Richard Hoskins

384 pages / 21 €

ISBN : 978-2714458186

Belfond, 2015

Grand Prix Lectrices ELLE

L’Enfant dans la Tamise – Richard Hoskins
Étiqueté avec :                                                    

10 pesnées sur “L’Enfant dans la Tamise – Richard Hoskins

  • 27 avril 2016 à 8 h 36 min
    Permalien

    Je ne suis pas très thriller/policiers à la base, mais j’avoue que ce livre a vraiment l’air intéressant…. À voir si je me laisse tenter (ou si je l’offre à ma mère comme elle adore les polars)

    Répondre
    • 27 avril 2016 à 8 h 54 min
      Permalien

      Ce qui est très intéressant, c’est que c’est un témoignage 🙂

      Répondre
  • 27 avril 2016 à 12 h 39 min
    Permalien

    Trés intéressé par le côté personnel de la chose. C’est ce que j’aime le plus dans les polars alors si en plus c’est un témoignage, ça a des chances de me plaire !

    Répondre
    • 27 avril 2016 à 13 h 25 min
      Permalien

      C’est le fait que ça soit un témoignage qui fait que c’est vraiment fort. Tu aimeras beaucoup, c’est certain 🙂

      Répondre
  • 27 avril 2016 à 14 h 48 min
    Permalien

    Ce roman a l’air vraiment intéressant. Après si c’est une histoire vraie j’ai peur qu’il faille avoir le coeur bien accroché… mais je note tout de même le titre parce que je pense qu’il peut quand même me plaire !

    Pour ce qui est des chair de poule si tu fais des vides grenier regarde il y en a souvent. Enfin je sais que par chez moi j’en trouve très facilement donc voilà.
    Mais c’est vrai que ça rappelle des souvenirs, je pense qu’on en a tous lu et que certains ont eu des phobies ou des peurs durant des années à cause de ce genre de livres

    Répondre
    • 27 avril 2016 à 14 h 51 min
      Permalien

      Il faut effectivement avoir le coeur bien accroché. Mais c’est très prenant.

      Quant aux Chair de Poule, je pense qu’effectivement je vais faire les braderies pour m’en trouver quelques uns, c’est un univers qui me manque beaucoup 🙂

      Répondre
  • 27 avril 2016 à 18 h 36 min
    Permalien

    oups j’étais persuadée qu’il s’agissait d’un roman !! On a tendance à oublier que les romans, thrillers et autres sont bien souvent inspirés de la réalité. Et le sordide n’est pas forcément l’oeuvre d’une imagination fertile… J’en ai froid dans le dos, encore plus quand il s’agit d’enfant… Mais tu as titillé ma curiosité je vais le noter 🙂

    Répondre
    • 27 avril 2016 à 21 h 34 min
      Permalien

      Moi aussi… J’ai eu des frissons pendant ma lecture…
      Mais c’était fort en tout cas !

      Répondre
      • 28 avril 2016 à 13 h 43 min
        Permalien

        J’en doute pas !! Juste à la lecture de ton article mon poil s’est hérissé!!

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *