Anka Guillaume Guéraud

« Je confondais peut-être les choses – l’essentiel et les étincelles, le béton et les souvenirs, l’avenir et les cendres. Tant pis. J’avais quatorze ans. »

Marco vient tout juste de rentrer du collège. À peine a-t-il le temps de poser son sac, que l’on sonne à la porte. Deux officiers de police peu commodes viennent lui apprendre que l’on a retrouvé, le matin même, le corps sans vie de sa mère dans un parc de Marseille. Sous le choc, l’adolescent encaisse la nouvelle. Mais quelques minutes plus tard, Marco entend une clé s’agiter dans la serrure. C’est sa maman, qui rentre à la maison.

Anka n’est pas une histoire de fantôme. Ni une histoire de mort-vivant. Il ne s’agit pas non plus d’une erreur. C’est tout simplement l’histoire d’un oubli. Un mariage blanc, arrangé dix ans plutôt. Une jeune femme qui porte un nom qui ne lui appartient que devant la loi.

À travers ce très court roman, et dans le style percutant qu’on lui connaît, Guillaume Guéraud parle de quête identitaire, de recherche de soi à travers celle de l’autre. De manière brillante, il alterne les chapitres, mettant en scène d’un côté notre Marco et de l’autre Anka, la jeune roumaine que son père a prise pour épouse une décennie plus tôt.

Si l’un avance vers son avenir, en partant sur la trace d’un secret de famille vieux de dix ans, l’autre remonte doucement le fil de son passé, pour que l’on comprenne ce qui l’aura menée à la mort, un matin de juin dans un parc marseillais.

C’est dur. C’est percutant. C’est violent. Et si ça fait mal, c’est parce qu’au delà de la simple quête identitaire, l’auteur traite du sujet difficile et ô combien actuel qu’est l’immigration, de la difficulté à s’adapter, à s’intégrer dans un pays qui n’est pas le sien. Et de tout ce qu’il faut être prêt à faire pour vivoter, gagner un sursis sur la vie. Une claque, clairement !

Interligne 2

Anka, Guillaume Guéraud

96 pages / 9,70 €

ISBN : 978-2-8126-0302-0

Le Rouergue, 2012

Anka – Guillaume Guéraud

13 pesnées sur “Anka – Guillaume Guéraud

  • 16 avril 2016 à 7 h 59 min
    Permalien

    Et voilà un roman que je ne connais pas ! J’adore le style et l’univers de Guillaume Guéraud.
    Je note donc avec plaisir !

    Répondre
    • 16 avril 2016 à 8 h 39 min
      Permalien

      Je ne le connaissais pas non plus, jusqu’à ce que je tombe sur lui dans un librairie d’occasion. Guillaume Guéraud est un auteur qui ne m’a jamais déçue 🙂

      Répondre
  • 16 avril 2016 à 10 h 43 min
    Permalien

    Je ne connais pas l’auteur mais l’histoire a l’air trés bien. Et j’aime ce genre d’histoire !

    Répondre
    • 16 avril 2016 à 11 h 09 min
      Permalien

      Pour cerner un peu plus tes goûts maintenant, je te conseillerai plutôt Déroute Sauvage du même auteur. Un roman qui prend la forme d’un slasher. Très cinématographique. Tu vas adorer !

      Répondre
  • 16 avril 2016 à 18 h 30 min
    Permalien

    Ah oui Guillaume Guéraud c’est toujours fort, percutant et on n’en sort pas indemne ! Figure-toi que Jo Witek, l’auteur que mes élèves ont rencontré, est sa compagne !

    Répondre
    • 16 avril 2016 à 18 h 38 min
      Permalien

      Oh ? Je ne savais pas ! Il faudrait définitivement que je la lise !

      Répondre
  • 18 avril 2016 à 23 h 36 min
    Permalien

    J’ai adoré ce roman, court mais percutant, comme souvent avec cet auteur…!

    Répondre
  • Ping : Plus de morts que de vivants – Guillaume Guéraud – TWENTY THREE PEONIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *