Joséphine 2016

« Très bien, allons-y. Mais tout de suite alors. Avant que je ne désaoule et que je me souvienne que je ne suis pas le genre de fille qui fait des trucs comme ça. »

Joséphine a trente ans. Elle n’a pas de mari, pas d’enfant, mais habite un petit appartement parisien avec BradPitt, son chat. Sentimentalement, c’est compliqué. Elle travaille dans une entreprise où elle ne s’épanouit pas entre des collègues qui pointent son incompétence et un patron qui lui fait subir son machisme. Professionnellement, c’est compliqué. Elle est le vilain petit canard de la famille, ses parents ne jurant que par sa cadette, la perfection incarnée. Familialement, c’est compliqué. Certes, Joséphine a des petits malheurs. Mais elle ne désespère pas, et continue à avancer avec son optimisme et son romantisme légendaires…

Joséphine 2016 02

Honte à moi qui jusqu’à aujourd’hui n’avait jamais ouvert un Pénélope Bagieu de ma vie, parce que pleine d’a priori. Mais je me suis laissée séduire par le film adapté de Joséphine il y a quelques semaines, et par conséquent j’ai eu envie de découvrir le matériau qui lui avait servi de base. Grand bien m’en a pris, j’ai vraiment passé un très agréable moment plongée dans les trois volumes de cette bande dessinée.

Avec Joséphine, Pénélope Bagieu nous conte par petites touches le quotidien d’une trentenaire comme tout le monde. Une page par anecdote, et une anecdote par page. Rarement plus. C’est simple, efficace, et ça rassemble suffisamment de lieux-communs pour que chacune puisse s’y retrouver. Ce pourrait être vous, ce pourrait être moi, et comme nos petits travers de filles modernes sont mis en images et en mots avec beaucoup d’autodérision, forcément on sourit, on rit et on se reconnaît un peu.

Rien de révolutionnaire ici, on parlera régime, bronzage, épilation, mais aussi échecs sentimentaux, déceptions familiales, difficultés face au monde du travail. Des sujets girly assez communs. Mais le trait et l’humour de Pénélope Bagieu sont délicieux, et font que les pages se tournent toutes seules. C’est doux, c’est rond et ça pétille. Un peu comme un bon champagne, dont on reprendrait bien une coupe ou deux.

BD_de_la_semaine_BIG_salmon

Chez Stephie !

Joséphine, L’intégrale – Pénélope Bagieu
Étiqueté avec :                        

28 pesnées sur “Joséphine, L’intégrale – Pénélope Bagieu

  • 30 mars 2016 à 7 h 40 min
    Permalien

    Pas certaine de boire une coupe de champagne aujourd’hui. Il faut bien que certains prennent le volants pour ramener les autres à la maison en toute sécurité ! 😛

    Répondre
      • 30 mars 2016 à 9 h 10 min
        Permalien

        Tu parles, Steph rechigne JAMAIS à siroter petit coup ! Elle doit être malade :-p
        Tout pareil que toi, rien de révolutionnaire mais un joli moment de lecture ! :-p

        Répondre
        • 2 avril 2016 à 15 h 33 min
          Permalien

          Mouarf… je viens de voir le commentaire de Framboise ! ^_^ (et je n’ai rien à dire pour ma défense 😛 )

          Répondre
          • 3 avril 2016 à 13 h 52 min
            Permalien

            Haha ! Dans ces cas là, il vaut mieux ne rien dire 🙂

      • 2 avril 2016 à 15 h 31 min
        Permalien

        C’est ça. Parfois, il faut savoir se dévouer… 😛

        Répondre
  • 30 mars 2016 à 8 h 51 min
    Permalien

    J’avoue avoir préféré le film à la bd, Marilou Berry lui apporte fraicheur et originalité !

    Répondre
    • 30 mars 2016 à 10 h 55 min
      Permalien

      Hum, je pense que je préfère aussi le film 😉

      Répondre
  • 30 mars 2016 à 10 h 12 min
    Permalien

    Elle m’a lassée la Pénélope moi… mais je n’ai rien contre une petite coupette par contre 😉

    Répondre
  • 30 mars 2016 à 11 h 02 min
    Permalien

    La BD ne m’attire pas mais j’ai bien aimé les 2 films^^.

    Répondre
  • 30 mars 2016 à 14 h 28 min
    Permalien

    Pas vu les films, mais de temps en temps j’aime bien un album girly de Pénélope Bagieu… C’est léger et souvent drôle, même si cela ne marque pas dans le temps…

    Répondre
  • 30 mars 2016 à 15 h 13 min
    Permalien

    J’ai lu les trois tomes il y a peu de temps et j’ai bien aimé. On s’y retrouve ou des gens qu’on connait, ce n’est pas de la grande littérature mais c’est rafraîchissant (oui, tu as raison, une coupe de champagne!)

    Répondre
  • 30 mars 2016 à 21 h 34 min
    Permalien

    Pas de la grande BD mais de quoi passer un chouette moment et de se faire du bien au moral.

    Répondre
  • 31 mars 2016 à 9 h 36 min
    Permalien

    Autant le film ne me donne pas du tout envie, autant je suis curieuse de la BD et j’avoue que ton article me donne encore plus envie… Même si c’est girly, est-ce que ce n’est pas trop cliché ? J’ai une fâcheuse tendance à faire de l’urticaire face aux clichés…

    Répondre
    • 31 mars 2016 à 12 h 07 min
      Permalien

      Moi aussi. Et là c’est un peu le cas, mais ça passe tout seul 😉

      Répondre
  • 1 avril 2016 à 15 h 33 min
    Permalien

    J’ai lu l’intégrale de Joséphine il y a quelques années et j’ai bien aimé. Elle est attachante et il est vrai qu’on peut s’y retrouver assez facilement (par contre le film ne me dit rien ^^). En revanche, j’ai du mal avec le dessin de Pénélope Bagieu que je trouve trop simpliste, du moins dans les ouvrages que j’ai lus d’elle : Joséphine, Ma vie est tout à fait fascinante et La page blanche (j’ai tout de même beaucoup aimé cette dernière BD que je conseille).
    Néanmoins, j’ai mis sa dernière BD en date, California Dreamin’ dans ma wish-list parce que l’histoire m’intéresse, puis, pour l’avoir feuilletée en librairie, j’ai eu l’impression que son coup de crayon avait évolué. 🙂

    Répondre
    • 1 avril 2016 à 17 h 22 min
      Permalien

      Alors justement, je suis très très curieuse pour California Dreamin’ d’autant que même au niveau de la narration, ça change carrément de ce qu’elle propose d’habitude ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *