La Chasse 2016

« The world is full of evil but if we hold on to each other, it goes away. »

Nouvelle année, nouvelle rubrique ciné ! Puisque avec ma jolie Fleur nous partageons la même passion du 7ème Art, depuis nos canapés ou en direct des salles obscures, nous avons décidé de nous réunir plus souvent autour longs métrages cette année. En 2016, et plus si affinités, Marie et Marion font leur cinéma ! Et plutôt que de nous réunir autour d’un film inconnu, cette fois chacune à conseillé à l’autre un film qui lui tenait à cœur.

Aujourd’hui, grâce à Marie Fleur, je découvre La Chasse !

Interligne 2

Après un divorce difficile, Lucas tente de se reconstruire. Habitant seul avec son chien, sa vie est rythmée par les journées travaillées au jardin d’enfants, les nuits passées auprès de sa nouvelle petite amie et les parties de chasse organisées entre amis le week-end. Mais un jour, presque rien. Une remarque en passant. Un mensonge fortuit. Et tout s’écroule autour de lui. Alors que la neige commence à tomber, et les guirlandes de Noël à orner les façades, la rumeur se répand comme une traînée de poudre. Méfiance et hystérie gagnent peu à peu les amis et voisins, et obligent Lucas à se battre pour sa dignité et pour sa vie.

La Chasse 01

Du cinéma danois, je n’ai que deux références. Les réalisateurs Nicolas Winding Refn et Lars Von Trier. Et mon amour pour l’un n’a d’égal que mon mépris de l’autre. Je vous laisse deviner qui est qui ? Alors quand Marie-chérie m’a proposé d’élargir un peu mes connaissances en me penchant sur la carrière de Thomas Vinterberg, j’ai sauté sur l’occasion. D’autant que La Chasse me faisait de l’oeil depuis un moment déjà, notamment parce que j’aime beaucoup son interprète principal, le très charismatique Mads Mikkelsen.

Résultat ? Je suis conquise ! Le sujet n’était certes pas facile à aborder, mais Thomas Vinterberg s’en tire avec les honneurs. Il évite tous les écueils du genre pour livrer un drame psychologique tout en finesse et en subtilité. C’est avec beaucoup de pudeur que le réalisateur met en place son intrigue, et avec beaucoup de justesse qu’il la manœuvre. L’émotion est là, elle s’insinue partout, dans les ambiances graves, les regards lourds de sens, dans une étreinte entre un père et son fils. C’est réellement bouleversant !

La Chasse 02

Si le talent de Thomas Vinterberg est évident, il faut néanmoins avouer que La Chasse ne serait rien sans Mads Mikkelsen, en animal condamné puis traqué par ses compatriotes. Charismatique au possible, comme d’habitude finalement, il livre ici une prestation toute en retenue qui nous prend aux tripes et nous brise le cœur. Mention spéciale aussi à Thomas Bo Larsen, dont les yeux embués ont contaminé les miens.

Alors certes, La Chasse n’est pas le genre de film qui va redonner en foi l’humanité, ou qui viendra déclencher l’envie de faire des enfants. Ce serait même tout le contraire. Mais c’est une excellente réflexion sur les ravages du mensonge, et les répercussions d’une rumeur entretenue. Un film fort ! Un film qui fait mal ! Mais quel film…

Mais ? Et moi ? Qu’avais-je donc conseillé à ma Fleur pour aujourd’hui ?

Allons vite découvrir ça sur le blog Un œil des mots !

Marie Marion

[Marie et Marion font leur cinéma] La Chasse – Thomas Vinterberg
Étiqueté avec :                                        

9 avis sur « [Marie et Marion font leur cinéma] La Chasse – Thomas Vinterberg »

  • 29 mars 2016 à 11 h 36 min
    Permalien

    Très jolie critique, je partage totalement ton avis ! J’ai vu ce film il y a un bout de temps mais il m’a beaucoup marqué !

    Répondre
    • 29 mars 2016 à 11 h 59 min
      Permalien

      Merci ! Je pense aussi qu’il me hantera encore longtemps…

      Répondre
  • 29 mars 2016 à 15 h 46 min
    Permalien

    Il faudra que je le vois alors. mais ta critique me fait en effet un peu penser à Festen. Et comme j’adore ce dernier, il y a des chances que j’aime celui-ci^^.

    Répondre
    • 30 mars 2016 à 8 h 12 min
      Permalien

      Visuellement, on est très très loin de Festen pourtant.

      Répondre
  • 1 avril 2016 à 18 h 21 min
    Permalien

    Je me doutais que tu allais aimer 🙂
    Bon en avril je vais prendre des risques… parce que je veux que tu redonnes sa chance à un Lorrain qui m’est cher, moi chauvine?!

    Répondre
    • 1 avril 2016 à 18 h 35 min
      Permalien

      Oh ?! Je suis curieuse !
      Il va falloir que je te trouve un petit quelque chose rapidement aussi 🙂

      Répondre
  • Ping :De Films en Aiguilles – Mars 2016 #02 – TWENTY THREE PEONIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *