Je vous écris 2015

« Je n’avais pas encore compris que ce n’était pas l’amour, ni le désir, ni la sexualité qui faisait une femme mais sa prodigieuse capacité à affronter et à transformer la vie comme aucun homme ne serait capable de le faire. »

1953. Pauline Dubuisson est condamnée à la perpétuité pour avoir assassiné son ex-fiancé Félix Bailly. 1961. Libérée pour bonne conduite, la jeune femme s’expatrie au Maroc après avoir vu La Vérité de Henri-Georges Clouzot, inspiré de sa vie et dans lequel Brigitte Bardot incarne son rôle de meurtrière. 1963. Alors qu’elle a changé de nom et refait sa vie, le destin oblige Pauline à revivre la situation qui dix ans plutôt l’avait poussée au crime.

Jean-Luc Seigle utilise comme prétexte à son récit un fait divers dont je ne savais absolument rien avant d’entamer ma lecture. Dans un avant-propos court, mais efficace, l’auteur contextualise la situation, revenant brièvement sur la vie de cette femme, brisée, ravagée par les hommes, et qu’on ne résume désormais plus qu’à son crime, sordide parenthèse dans une existence souillée, à laquelle elle tente d’échapper depuis des années.

Puis, c’est dans un récit en trois parties, à la première personne du singulier, que l’on apprendra la vérité. Jean-Luc Seigle se glisse avec une facilité déconcertante dans la peau de cette femme condamnée par la justice et par la société. Difficile à croire qu’un homme puisse prêter sa plume à la voix d’une femme, disparue aujourd’hui depuis plus de cinquante ans. Et pourtant, le résultat est là, un texte bouleversant sous forme de confession, où l’on prend toute l’ampleur de cette affaire jugée et statuée avant même qu’il y ait procès.

Très dure, cette narration fictionnelle inspirée de faits réels est sans concession aucune. Elle met en scène avec violence la cruauté des hommes, leur haine et leur mépris, les ravages de la Seconde Guerre Mondiale, qui perdurent bien après la Libération, et le déterminisme dans lequel s’inscrivent nos vies. Aucun optimisme ici bas, mais pour moi la découverte puissante d’un auteur talentueux, et d’un personnage ô combien fascinant !

Grand Prix Lectrices ELLE

Je vous écris dans le noir – Jean Luc Seigle

20 pesnées sur “Je vous écris dans le noir – Jean Luc Seigle

  • 26 août 2015 à 7 h 42 min
    Permalien

    Je vais lire celui que lui consacre Jaenada en cette rentrée. Et si j’aime le personnage, je me procurerai celui dont tu parles aujourd’hui 😉

    Répondre
    • 26 août 2015 à 8 h 05 min
      Permalien

      Parfait ! Et moi je lirai ton avis sur le Jaenada, et si tu aimes, je me le procurerai 🙂

      Répondre
  • 26 août 2015 à 9 h 06 min
    Permalien

    Je l’ai emprunté à la bibliothèque pour le lire très bientôt car je veux également lire le roman de Philippe Jaenada qui parle également de Pauline Dubuisson et qui fait partie de la rentrée littéraire. Je connaissais le film de Clouzot avec Brigitte Bardot mais je en connaissais le reste de l’histoire. Le destin de cette femme m’intrigue.

    Répondre
    • 26 août 2015 à 20 h 35 min
      Permalien

      Moi aussi ! Et encore plus maintenant !

      Je vais me récupérer le film de Clouzot 🙂

      Répondre
  • 26 août 2015 à 19 h 24 min
    Permalien

    Ça m’a l’air intéressant tout ça. Je vais noter aussi parceque tu m’as donné envie là.

    Répondre
  • 27 août 2015 à 11 h 05 min
    Permalien

    J’ai lu le Jaenada, que j’ai énormément aimé, mais du coup je ne liai pas celui-là ou alors dans longtemps parce que deux fois l’histoire de Pauline Dubuisson ça serait trop pour moi je pense !

    Répondre
    • 27 août 2015 à 21 h 26 min
      Permalien

      Moi malgré ma lecture récente, le Jaenada m’intrigue 🙂

      Répondre
  • 30 août 2015 à 9 h 17 min
    Permalien

    Je ne connaissais pas du tout ce roman mais j’aimerais beaucoup le découvrir (surtout après avoir lu ta chronique!) 🙂

    Répondre
    • 30 août 2015 à 9 h 54 min
      Permalien

      Merci beaucoup ! J’espère qu’il te plaira 🙂

      Répondre
  • 21 septembre 2015 à 18 h 17 min
    Permalien

    Mes élèves vont le lire dans le cadre du Prix Elle des lycéennes. Moi aussi donc.

    Répondre
    • 21 septembre 2015 à 19 h 31 min
      Permalien

      Ah ! J’espère que vous aimerez tous autant que moi 🙂

      Répondre
  • Ping : Mon Top 10 des romans découverts en 2015 – TWENTY THREE PEONIES

  • Ping : Vos billets les plus tentateurs du mois de Janvier | L'or rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *