013

« Geneviève cessa de tapoter et sourit. Elle détailla en silence le visage de sa soeur aînée et se sentit emplie de tendresse et d’admiration. Elle pensa tu as lâché Basile pour un Tancrède dont tu savais que tu ne le suivrais jamais. Huit jours de passion que pas de passion du tout. Un centimètre de bonheur, de délices déraisonnables qu’un hectare de quiétude et de modération. Quelle audace. Ma grande. Tout ça pour une baraque en ruines et quatre frangines qui ne valent pas un pet. »

Comme les Trois Mousquetaires étaient quatre, les Quatre Sœurs Verdelaine sont cinq. Il y a Enid, 9 ans, Hortense, 11 ans, Bettina, 14 ans, Geneviève, 16 ans et Charlie, 23 ans. Orphelines depuis peu, elles ne peuvent compter que les unes sur les autres pour essayer de vivre, aimer, affronter les épreuves de la vie, essuyer les peines et maintenir en état la Vill’Hervé, cette vieille baraque au bout de la lande dans laquelle tout ce petit monde habite.

Il y a des livres dont on sait qu’on va les aimer dès les premières pages. Des univers dans lesquels on se sent chez soi dès les premières phrases. Des livres-douou dans lesquels on voudrait se blottir dans les moments difficiles, et se replonger par plaisir quand tout va bien. Quatre Soeurs fait définitivement partie de ses œuvres là.

Malika Ferdjoukh construit ici un univers chaleureux, qu’elle peuple de personnages réellement attachants. Il y a les petites Verdelaine, évidemment, pour qui on se prend d’affection immédiatement, mais également toutes les rencontres que l’auteur mettra sur leur route, le gentil Basile, le mystérieux Tancrède, la parfaite Colombe, la déjantée Muguette, la sénile Tante Lucrèce, les amis fidèles, les amours de passage, et la famille toujours présente pour nos cinq sœurs… Une ribambelle de caractères différents, explosifs et détonants, qu’on prend plaisir à découvrir et à suivre tout au long de cette aventure.

Ce que j’ai particulièrement aimé ici, c’est que malgré l’étiquette littérature jeunesse du roman, et le public essentiellement féminin auquel il se destine, Malika Ferdjoukh ne fait jamais preuve de naïveté. Elle éprouve ses personnages, accumulant les coups du sort, ceux qui piquent l’estime de soi, ceux qui serrent les cœurs et font monter les larmes. Elle n’édulcore rien, nous parle de la vie, la vraie, avec les joies et les peines qu’on lui connait.

Attention ! Coup de cœur ! Je ne peux qu’inciter les amateurs de littérature jeunesse à se plonger dans cette jolie saga familiale. Quatre Sœurs est un livre pour tous ceux qui aiment l’automne, l’hiver, le printemps et l’été, les coins et les recoins, les petits secrets et les pannes de chaudière. Un remède à la mélancolie, à lire et relire à volonté !

Coup de coeur

Quatre Soeurs – Malika Ferdjoukh

16 avis sur « Quatre Soeurs – Malika Ferdjoukh »

    • 14 juillet 2015 à 11 h 02 min
      Permalien

      C’est un vrai coup de cœur ! J’ai déjà envie de le relire 🙂

      Répondre
  • 14 juillet 2015 à 19 h 09 min
    Permalien

    Pas vraiment mon genre de lecture mais si ça l’était, nul doute que tu m’aurais donné envie. D’ailleurs, ça a presque été le cas. A te lire, je comprends que tu aies aimé en tout cas.

    Répondre
  • 14 juillet 2015 à 21 h 47 min
    Permalien

    Je suis d’accord à 100% ; un formidable remède à la mélancolie, un vrai vrai grand bonheur de lecture et une lecture doudou, bonbons au miel, ect ;0) Pour l’instant je n’ai lu que les deux premiers tomes, mais je pense lire très vite les suivants… C’est comme tu dis à lire et à relire !!

    Répondre
    • 14 juillet 2015 à 22 h 07 min
      Permalien

      J’ai voulu directement me faire l’intégrale, je n’aurais pas supporté l’attente entre les tomes. J’espère que tu prendras autant de plaisir à lire la suite aussi 🙂

      Répondre
  • 17 juillet 2015 à 8 h 01 min
    Permalien

    J’ai découvert cet univers avec son adaptation BD. Du coup, je vais poursuivre ainsi jusqu’à ce que l’intégralité de la série soit publiée… et puis je m’engouffrerais dans le roman ensuite, histoire de n’en perdre aucune miette 🙂

    Répondre
    • 17 juillet 2015 à 20 h 32 min
      Permalien

      Moi c’est l’inverse. Je vais me mettre maintenant à la BD 🙂

      Répondre
    • 27 juillet 2015 à 21 h 14 min
      Permalien

      Si je t’ai donné envie, alors je suis ravie 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *