Déroute Sauvage - 2015

« Pas un cri. Pas même un gémissement. Juste mille cliquetis et grincements. Les bruits du métal refroidissant. Et le chuintement d’une musique. Provenant d’un i-Pod toujours en état de marche. Deportivo. Dans une oreille écorchée. »

Un car rempli d’adolescents en partance pour l’Espagne. Une route dans le massif des Pyrénées. Quelques clous. Un coup de feu. Et l’accident. Sur le flanc escarpé de la montagne, commence alors une nuit d’angoisse et de terreur pour les survivants…

Une pincée de La Colline à des Yeux, un soupçon de Détour Mortel, un brin de Massacre à la Tronçonneuse, avec Déroute Sauvage, Guillaume Guéraud rend le plus bel hommage littéraire possible aux slasher movies que j’affectionne tant.

Nuit noire, forêt inquiétante, adolescents en rut, péquenauds dégénérés et hémoglobine à souhait… Tous les ingrédients les plus basiques pour réaliser un film d’horreur sont ici réunis, mais ce qui les transcende au delà des stéréotypes, c’est le style ô combien particulier de Guillaume Guéraud. Son écriture très visuelle, presque cinématographique, et sans concession aucune, nous propulse directement dans le récit. Nous suivons pas à pas Romain, Laure, Élias ou Nina, les poils se hérissent et la chair de poule se forme sur nos bras au fur et à mesure de cette histoire dont on sait d’avance qu’ils ne sortiront pas indemnes.

Après Je mourrai pas gibier, je poursuis ma découverte de l’auteur, et force est de constater que Guillaume Guéraud continue de me surprendre. Si je connaissais sa manière frontale d’aborder la violence, aujourd’hui je découvre à ses récits une pointe d’humour parodique que je ne lui soupçonnais pas. Parce que oui, si Déroute Sauvage fait frissonner et nous laisse en bouche le goût métallique du sang, il ne faut pas négliger les pointes d’humour et d’ironie qui sont intrinsèques à cet hommage parfois un peu grinçant.

Une vraie réussite ! Il faut bien l’avouer, en plus d’être foutrement sexy, Guillaume Guéraud est un des génies de la littérature jeunesse contemporaine !

L’avis de Sandrine, qui est tout aussi conquise que moi !

Déroute Sauvage – Guillaume Guéraud
Étiqueté avec :                

16 pesnées sur “Déroute Sauvage – Guillaume Guéraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *