Films mai 01

¤ Game of Thrones – Saison 3 & 4 (David Benioff & D.B. Weiss, 2013) ●●●●●

Il y a très longtemps, à une époque aujourd’hui oubliée, une force mystérieuse à détruit l’ordre des saisons. Alors que le dernier été a duré des années, l’hiver approche enfin, et avec lui une nouvelle guerre pour savoir qui est légitime ou non à s’emparer du Trône de Fer…

Après deux premières saisons proches de la perfection, je continue ma découverte de la série avec beaucoup d’enthousiasme. Et à raison ! Les qualités esthétiques et scénaristiques se maintenant d’un épisode à l’autre, et l’intérêt pour les enjeux et manipulations politiques allant croissant d’une saison sur l’autre. Et vraiment, je ne m’en lasse pas…

Interligne

¤ La Famille Bélier (Eric Lartigau, 2014) ●●●○○

Dans la famille Bélier tout le monde est sourd, sauf Paula qui du haut de ses seize ans nourrit une passion naissante pour le chant. Alors que son professeur de musique la pousse à préparer le concours de Radio France, la jeune lycéenne est tiraillée entre l’envie de vivre sa vie et celle de rester auprès de sa famille, à qui elle sert d’interprète au quotidien.

Dans un premier temps difficile de me positionner concernant ce grand succès du cinéma français, le film ne suscitant pas d’emblée l’intérêt du spectateur. Et puis doucement la musique prend, François Damiens fait rire, Karin Viard exaspère, et Louane Emera chante. Clairement, La Famille Bélier n’est pas le film de l’année, mais il séduit par sa spontanéité et les bons sentiments dont il fait preuve. C’est gentillet, et ça ne mange pas de pain.

Interligne

¤ The Best Offer (Giuseppe Tornatore, 2014) ●●●●○

Virgil Oldman est un commissaire priseur de renommée internationale. Nourrissant un mépris infini pour le monde qui l’entoure, il vit reclus avec une collection de tableaux à la valeur inestimable. Alors qu’il est contacté par une jeune femme pour une expertise, la curiosité de Virgil est piquée par le fait que sa mystérieuse correspondante se dérobe à tous les rendez-vous qu’il lui fixe. Agacé, il ne peut pourtant se résoudre à lâcher l’affaire…

Tornatore livre ici un thriller hypnotique, doublée d’une sombre romance, dans le monde de l’art. Les ressorts scénaristiques sont prenants et surprenants, la mise en scène d’un raffinement rare, et l’interprétation de Geoffrey Rush hypnotique. Une vraie réussite !

Interligne

¤ Lost River (Ryan Gosling, 2015) ●●●○○

Dans une ville à l’agonie, une mère célibataire s’enfonce peu à peu dans les bas-fonds les plus macabres pour gagner les derniers dollars qui lui permettraient de racheter la maison familiale, pendant que son aîné découvre une route secrète menant à une cité engloutie…

Développant plus une ambiance et une esthétique qu’un réel scénario, Lost River manque d’un petit quelque chose pour totalement emporter mon adhésion. Visuellement c’est vraiment superbe, narrativement ça fourmille d’idées, mais le tout manque un peu de liant. On peut néanmoins saluer l’initiative et les influences de Ryan Gosling, qui font de ce premier long-métrage un film très atypique. (Sinon, Matt Smith, je t’aime) !

Interligne

¤ White Bird (Gregg Araki, 2014) ●●●○○

L’année de ses 17 ans, Kat Connors perd à la fois sa mère et sa virginité. Alors qu’elle est trop occupée à développer les balbutiements de sa sexualité, la jeune fille ne semble pas perturbée outre-mesure par la disparition de celle qui l’a mise au monde. Mais au fil des mois et des années, les nuits de Kat sont hantées par des rêves très étranges qui la font s’interroger sur les véritables raisons de cette disparition.

Parce qu’il n’est pas chose aisée d’adapter l’oeuvre de Laura Kasischke, et que Gregg Araki réussit cet exploit avec brio, il faut voir White Bird. Même si le film est pétri de défauts, et que la caméra du réalisateur semble constamment balancer entre ses premières et ses nouvelles amours. Ce n’est certes pas l’Araki qu’on aime, mais ça reste de l’excellent travail.

Films mai 02

Films mai 03

De Films en Aiguilles – Mai 2015 #01
Étiqueté avec :                                

14 avis sur « De Films en Aiguilles – Mai 2015 #01 »

  • 12 mai 2015 à 8 h 45 min
    Permalien

    Je n’ai pas du tout aimé Lost River, j’ai du me forcer pour le finir. Du travail sur la forme mais aucun fond. J’aimerais beaucoup voir ‘White Bird’ et peut-être ‘La famille Belier’. J’aime toujours autant la saison 5 de Game of Thrones également 🙂

    Répondre
    • 12 mai 2015 à 20 h 44 min
      Permalien

      Disons que j’ai aimé l’expérience visuelle pour Lost River, mais je ne le reverrai pas, l’intrigue ne m’a pas passionnée plus que ça… C’est dommage, parce que les interprètes sont formidables en plus !

      Répondre
  • 12 mai 2015 à 10 h 25 min
    Permalien

    Je partage ton enthousiasme à propos de Game of Thrones et j’attends la suite avec impatience.
    Je suis contente d’avoir lu ton avis sur la famille Bélier, c’est un film contre lequel j’ai un tel a-priori que je ne crois pas que je le verrais un jour. (je n’ai toujours pas vu les Chtis non plus) gentillet me semble un moindre mal face à la cascade de guimauve que j’imagine 😉

    Répondre
    • 12 mai 2015 à 22 h 38 min
      Permalien

      Ah les Ch’tis c’est une autre histoire 🙂

      Mais en ce moment je ne vis de toute façon que pour GoT !

      Répondre
    • 12 mai 2015 à 22 h 38 min
      Permalien

      Oh ! Voilà qui me fait vraiment plaisir 🙂

      Répondre
  • 12 mai 2015 à 13 h 39 min
    Permalien

    Lost River me tentait bien. Je le regarderai quand même à l’occasion même si les avis semblent pas mal mitigés.

    Répondre
  • 12 mai 2015 à 14 h 15 min
    Permalien

    Je te laisse Game of thrones (je n’ai pas accroché aux deux premiers épisodes, oui je sais j’aurai dû persister…) pour le reste, je n’ai pas encore vu les autres mais ils me tentent tous sauf White Bird je n’aime pas trop Laura Kasischke…

    Répondre
    • 12 mai 2015 à 22 h 39 min
      Permalien

      Ah il ne faut pas voir Kasischke mais Araki 😉

      Répondre
  • 12 mai 2015 à 15 h 19 min
    Permalien

    La bande annonce de Lost River montrait déjà clairement les influences de Gosling et j’avais l’impression de revoir beaucoup trop de Only God Forgives (que je n’ai pas aimé du tout). Pour White Bird, il me tente beaucoup, comme toute la filmographie de Greg Araki d’ailleurs…

    La famille Bélier, je n’y suis allé que pour François Damiens au départ. Et je me suis laissé embarquer au final… J’avais des à priori et généralement j’évite ce genre de film mais il y a de trés bonnes choses côté français ces derniers temps (Je te conseille de jeter un oeil à Un peu, beaucoup, aveuglément au passage)

    Répondre
    • 12 mai 2015 à 22 h 44 min
      Permalien

      Pour moi Winding Refn est une référence tout à fait honorable, ce qui me gêne c’est plutôt l’absence de scénario dans le film de Gosling. Visuellement en revanche, c’était vraiment top !

      Pour Araki je ne peux que t’encourager, c’est un de mes réalisateurs préférés, essaie Nowhere ou Mysterious Skin ! Ce sont deux films très différents, mais assez exceptionnels. Promis de mon côté, j’accorderai un peu de temps au nouveau cinéma français !

      Répondre
  • 18 mai 2015 à 19 h 03 min
    Permalien

    J’ai pas encore commencé la saison 4 de GofTh mais j’ai hâte. White Bird ainsi que la famille Bélier me tentent beaucoup! 🙂

    Répondre
    • 18 mai 2015 à 22 h 34 min
      Permalien

      Vite vite ! La saison 5 est déjà commencée 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *