Mister Plumb 2015

« Aimez-vous les lapins ? Vous savez : ces drôles de chats avec des pattes de kangourou et des oreilles d’âne. Nous sommes tous amenés à en rencontrer un, un jour ou l’autre. Sous une forme ou sous une autre. Ce sont des animaux doux, affectueux et craintifs. Un peu stupides ? Peut-être… Mais pas prétentieux pour un sou. On en fait de très bons pâtés et de jolis manteaux. Alors ? Les aimez-vous ? De toute façon, peu importe : Mister Plumb n’est pas un lapin… »

Petit retour aux sources aujourd’hui, puisque pour changer des nouveautés lues dernièrement, j’ai décidé de me pencher sur la toute première collaboration de ces deux hommes qui, il y a quelques années maintenant, m’ont redonné le goût de la bande dessinée. Au programme donc, Mister Plumb T.1 : Carotte Boogie, de Régis Hautière et Renaud Dillies.

Mister Plumb 01

Un matin pourtant comme les autres, alors qu’il vient tout juste de se réveiller, Walter P. Plumb découvre une surprise de taille, il a désormais l’apparence d’un petit lapin blanc. De son état premier nous ne saurons rien, si ce n’est qu’il était plombier. Et qu’être transformé en lapin, ça lui casse les pieds. De docteurs en psychiatres, de manifestations contre le lobby de la carotte en bars des bas-fonds d’où sont bannis l’orge et le houblon, notre petit plombier va s’embarquer dans une lutte contre la pègre et la corruption…

Mister Plumb 02

Cinq ans avant le diptyque Abélard dont je ne cesse de faire l’éloge, et presque dix ans avant sa suite Alvin que j’attends avec la plus grande impatience, ce duo illustrateur-scénariste que j’affectionne tout particulièrement nous proposait déjà une oeuvre atypique, avec des personnages hauts en couleur évoluant dans un univers curieux et séduisant.

Prenant ses influences tantôt dans l’absurde des œuvres de Franz Kafka, tantôt dans l’atmosphère poisseuse des films noirs américains, Mister Plumb mettait déjà en scène ces petites choses que j’aime tant chez les deux artistes. Dans un tourbillon d’action et sur un rythme effréné, on retrouve les dialogues savoureux et les jeux de mots désopilants de Régis Hautière, et ces petites références cinématographiques et littéraires dont on se délecte à chaque fois. Le trait de Renaud Dillies, quant à lui, est déjà et encore et toujours superbe. Plus proche de Sumato que d’Abélard ou de Mélodie au Crépuscule, son coup de crayon est plus cartoonesque, les couleurs plus vives… Et comme à chaque fois c’est un régal visuel…

On rit et on sourit en lisant ce one-shot qui aurait préfiguré une très chouette série. Quel dommage vraiment que le projet ne soit pas poursuivi…

Elles ont aimé aussi ! Les avis de Noukette et Sandrine.

BD_de_la_semaine_BIG_salmon

Rendez-vous chez Noukette aujourd’hui !

topbd_2013

15/20 pour le top de Yaneck

Mister Plumb – Renaud Dillies & Régis Hautière
Étiqueté avec :                        

19 pesnées sur “Mister Plumb – Renaud Dillies & Régis Hautière

    • 18 mars 2015 à 14 h 20 min
      Permalien

      Moins d’émotions que dans Abélard, mais j’ai aimé cette fantaisie 🙂

      Répondre
  • 18 mars 2015 à 15 h 02 min
    Permalien

    Les couleurs des planches sont printanières ! Oui ça paraît charmant… Noté ! et il faut surtout que je découvre votre chouchou Dillies !!!

    Répondre
    • 18 mars 2015 à 15 h 07 min
      Permalien

      Ah ça oui ! Tu peux commencer par Abélard <3

      Répondre
  • 18 mars 2015 à 16 h 02 min
    Permalien

    Partagée. Entre l’envie de lire et celle de ne pas découvrir. J’avais feuilleté l’album mais je n’y trouvais pas de chaleur. Il faudra que je réessaye 😉

    Répondre
    • 18 mars 2015 à 16 h 18 min
      Permalien

      C’est très différent des autres Dillies dans le ton. Mais c’est vraiment très bon malgré tout. Si tu as l’occasion de te le procurer, ça vaut quand même vraiment le coup d’œil 🙂

      Répondre
  • 18 mars 2015 à 18 h 18 min
    Permalien

    Je suis d’accord avec toi, j’aurais vraiment aimé lire une suite à cette série… Heureusement, il nous reste Abélard… <3

    Répondre
  • 18 mars 2015 à 21 h 18 min
    Permalien

    C’est intriguant. Ça me donne envie de découvrir en tout cas.

    Répondre
    • 18 mars 2015 à 21 h 44 min
      Permalien

      Il faut découvrir Régis Hautière et Renaud Dillies !

      Répondre
  • 19 mars 2015 à 10 h 05 min
    Permalien

    J’ai découvert cet album bien après Abélard ou Betty Blues. J’avais été déçu par Saveurs, là je ne peux pas dire que j’ai été déçu, j’ai trouvé ça jolie et drôle parfois mais j’ai beaucoup moins accroché que sur les deux premiers titres lus.

    Répondre
    • 19 mars 2015 à 11 h 53 min
      Permalien

      Ce n’est pas mon préféré non plus, mais je l’aime beaucoup !

      Répondre
  • 22 mars 2015 à 22 h 56 min
    Permalien

    je connais les auteurs, bien sûr, mais pas du tout cet album. Tu as eu raison de revenir aux sources 🙂

    Répondre
  • Ping : Alvin : L’héritage d’Abélard – Renaud Dillies & Régis Hautière | TWENTY THREE PEONIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *