Serpent d'eau - Sandoval

« C’était le premier matin froid de l’automne… Le vent ondulait dans les cheveux et la cape d’Agnès… Et je suis restée debout là… Moi la pragmatique, la lâche ! Regardant la personne la plus onirique que j’aie jamais rencontré faire face à la réalité. »

Par une belle journée d’été, au détour d’une rivière, Mila, la brune, va croiser la route d’Agnès, la blonde. Opposées en tout point, mais liées par un sentiment de solitude qui les habite l’une et l’autre, les deux adolescentes font se rapprocher et développer une amitié qui les emmènera hors du temps, dans un lieu, aux confins de la réalité, où les rêves sont rois.

Watersnakes_mep_OK.indd

Scénario macabre et poésie visuelle sont ici au service d’un univers onirique à la beauté bouleversante et à la sensibilité rare. Effrayante réalité ? Rêve éveillé ? Cauchemar partagé ? Qu’importe lequel des trois l’emportera ! D’aventures en aventures, d’un mystère à l’autre, l’essentiel n’étant pas de chercher et de trouver une logique à la narration, mais plutôt de se laisser glisser et happer par ce songe terrifiant, mais éblouissant.

À mi-chemin entre le Serpent d’eau de Gustav Klimt et le conte Bérénice écrit par Edgar Allan Poe, Tony Sandoval nous propose, avec cette bande dessinée, une oeuvre véritablement unique en son genre. Jonglant entre les journées solaires vécues par les deux adolescentes et les nuits lugubres qui viennent les hanter, l’auteur fait là une véritable déclaration d’amour à la jeunesse et aux amitiés inconditionnelles qu’elle permet.

Watersnakes_mep_OK.indd

Dans ces codes, ô combien fous, qui sont les siens, l’illustrateur et scénariste n’hésite pas à venir nous parler de thèmes difficiles. La mort, aussi violente soit-elle, la difficulté du travail de deuil, la recherche de soi à travers une identité sexuelle… Autant de sujets qu’il transcende de sa plume, transforme de son pinceau, et distille par touches subtiles.

Très différent de ce que je peux lire d’ordinaire, et pourtant parfaitement ajusté à ma sensibilité, ce Serpent d’eau a su se frayer un chemin jusqu’à mon cœur et s’y faire une place de choix. Tony Sandoval offre aux lecteurs une histoire immersive, un récit à la folie communicative, et je ne m’en suis pas encore tout à fait remise…

L’avis tout aussi enthousiaste d’Un amour de BD.

Et pour les petits curieux : Le Blog de Tony Sandoval.

topbd_2013

20/20 pour le top de Yaneck

Logo BD Mango Noir

Chez Mango

Le Serpent d’Eau – Tony Sandoval
Étiqueté avec :                    

24 pesnées sur “Le Serpent d’Eau – Tony Sandoval

  • 26 novembre 2014 à 6 h 56 min
    Permalien

    C’est noté ! Sandoval, des univers atypiques et fascinants. J’aime bien me laisser prendre dans les mailles de ses filets 😉

    Répondre
    • 26 novembre 2014 à 7 h 47 min
      Permalien

      Tu adorerais ! C’est pour moi la première fois que je lis Sandoval. Assurément il fera partie de ma liste de cadeaux de Noël. Et j’ai dors et déjà Les Echos Invisibles que je lirai très prochainement 🙂

      Répondre
  • 26 novembre 2014 à 10 h 28 min
    Permalien

    A rechercher. Je sens que je vais aimer! J’ai été sur son site et j’aime ses portraits.

    Répondre
    • 26 novembre 2014 à 12 h 13 min
      Permalien

      Je vais rajouter ton lien. Le Cadavre et le Sofa est sur ma liste de Noël 🙂

      Répondre
  • 26 novembre 2014 à 11 h 35 min
    Permalien

    J’aime énormément l’univers de Sandoval, je sens que je vais craquer !

    Répondre
  • 26 novembre 2014 à 12 h 06 min
    Permalien

    Je suis moi aussi très fan de Sandoval. Son univers inclassable me touche particulièrement.

    Répondre
  • 26 novembre 2014 à 13 h 37 min
    Permalien

    Déjà lu cet auteur et il m’avait déroutée.
    J’aime cependant son coup de crayon.

    Répondre
    • 26 novembre 2014 à 13 h 51 min
      Permalien

      Cette BD là est très déroutante aussi ! Mais quelle claque !

      Répondre
  • 26 novembre 2014 à 17 h 33 min
    Permalien

    Ah Sandoval… ! C’est grâce à Sandoval que j’ai accroché à la BD ! J’aime énormément ce qu’il fait, ce titre inclus ! Ta chronique est d’ailleurs très belle et lui rend parfaitement justice.

    J’ai eu la chance de rencontrer Sandoval à Genève (j’étais comme dans un rêve…), c’est en plus quelqu’un de très gentil, souriant et drôle 😉 😉

    Répondre
    • 26 novembre 2014 à 17 h 51 min
      Permalien

      Merci ! J’ai vraiment adoré me plonger dans son univers. Et j’aimerais beaucoup le croiser dans un salon du livre ou ailleurs à l’occasion ! Tu as vraiment eu de la chance 🙂

      Répondre
  • 26 novembre 2014 à 19 h 16 min
    Permalien

    Quand j’ai vu la couverture sur FB, je n’étais pas tenté du tout, et quand j’ai lu le début de l’article encore moins.

    Mais la suite m’a convaincu et je pense que je me laisserais tenté un jour. Quand on me parle d’onirisme, de macabre et d’Edgar Allan Poe, ça me donne envie. Donc je le met sur ma Wishlist !

    Répondre
    • 26 novembre 2014 à 22 h 45 min
      Permalien

      Graphiquement ce n’est pas trop style ? Moi je suis séduite 🙂

      Répondre
      • 27 novembre 2014 à 20 h 08 min
        Permalien

        C’est surtout que je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire en voyant la couverture. Un à priori simplement. Mais non, le style a l’air plutôt pas mal du tout en fait.

        Répondre
        • 27 novembre 2014 à 22 h 13 min
          Permalien

          Tu le découvriras peut-être autour d’une autre BD 😉

          Répondre
  • 26 novembre 2014 à 22 h 15 min
    Permalien

    Rah, je veux je veux je veux! Sandoval, c’est quand même une valeur sûre!

    Répondre
    • 26 novembre 2014 à 22 h 47 min
      Permalien

      C’est mon tout premier ! Hâte de lire la suite 🙂

      Répondre
  • 27 novembre 2014 à 15 h 11 min
    Permalien

    Le graphisme me plaît énormément, je ne connaissais pas du tout cet auteur. Je suis très très tentée !

    Répondre
    • 27 novembre 2014 à 17 h 30 min
      Permalien

      Alors laisse toi tenter, c’est un bijou 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *