Les FIdélités - 2014

« C’est devenu une obsession, tous les couples que je regarde sont illégitimes. Si je vois un homme embrasser une femme, passionnément, dans l’avion, je pense : « Ce n’est pas ta femme. » J’observe les couples s’étreindre tard le soir, sur le quai du métro. Ces deux-là sont dans les bras l’un de l’autre depuis trop longtemps pour ne pas être dans l’interdit. »

 À la veille des vacances de Noël, alors qu’il s’apprête à s’envoler pour New York, un homme s’enferme dans son bureau pour faire le point sur ses sentiments. Depuis un an ce quinquagénaire mène une double vie, partagé entre Marseille et Paris, déchiré entre sa femme et sa maîtresse. Difficile de continuer à vivre ainsi, et surtout d’être fidèle à deux femmes plus longtemps. Il est grand temps de prendre une décision…

Pendant 173 pages, Diane Brasseur va disséquer la vie de cet homme pris entre le marteau et l’enclume. Sans aucun artifice, ni aucune fioriture, cette jeune romancière de 33 ans réussit le pari très risqué de se glisser dans la peau d’un homme infidèle de 54 ans. Avec une simplicité déconcertante et un talent certain, elle fait remonter les mois de cette liaison à son narrateur, dans un long monologue intérieur. Tout est minutieusement analysé, de la première rencontre avec Alix à son installation chez elle lors des semaines parisiennes, de ce désir insatiable qu’il a pour elle à l’amour qu’il porte encore définitivement à sa femme, de cette vieillesse qui le guette aux élans de jeunesse que lui procure sa maîtresse…

Pendant 173 pages, j’ai aimé être portée par la voix de cet homme qui se dit « honnête et droit » et derrière lequel se cache les maux les mots d’une femme. J’ai aimé qu’à aucun moment l’auteur ne condamne ce quinquagénaire qui fait l’amour avec Alix la semaine, fait l’amour avec sa femme le week-end et ne sait finalement plus qui il trompe avec qui. J’ai aimé que la maîtresse ne soit pas pointée du doigt et la femme légitime accablée, chacune ayant son lot de chagrin et de responsabilités à porter. J’ai aimé être plongée dans l’intimité d’un homme qui, après avoir passé des mois à mentir et à dissimuler, s’essaie enfin à l’honnêteté.

Pendant 173 pages, Les Fidélités est un roman qui évite tous les clichés sur l’adultère et n’en propose pas une vision manichéenne. Au contraire, le récit est écrit tout en finesse, les personnages tout en nuances, et les réflexions proposées sont d’une justesse absolue. C’est un gros coup de cœur que j’ai envie de mettre entre les mains de toutes celles qui – femmes trompées ou maîtresses cachées – se posent des questions, de tous ceux qui – lâches et moins lâches – ont, ou auront un jour, ce choix à faire et de tous les autres qui – extérieurs à tout ça – jugent parfois un peu trop hâtivement des situations qui ne les concernent pas…

Et ici on peut lire l’avis de Stéphie, qui en pense aussi beaucoup de bien !

Les Fidélités – Diane Brasseur

13 avis sur « Les Fidélités – Diane Brasseur »

  • 14 octobre 2014 à 7 h 45 min
    Permalien

    Chouette !
    Depuis, je l’ai mis entre les mains de deux hommes, pour voir.
    Un a trouvé ça très beau, l’autre a trouvé que l’écriture était tout de même très féminine.

    Répondre
    • 14 octobre 2014 à 11 h 34 min
      Permalien

      Je vais tenter l’expérience aussi je pense ! Mais je ne sais pas encore entre les mains de qui je vais le glisser ! En tout cas j’ai beaucoup aimé ton billet 🙂

      Répondre
  • 14 octobre 2014 à 10 h 17 min
    Permalien

    Je suis de celles qui condamnent l’infidélité avec férocité, de celles qui savent refuser les occasions, même les plus tentantes. Je devrais lire ce roman ! Pour pouvoir essayer de comprendre au lieu de juger systématiquement… Ton article me fait réfléchir et ce roman m’interpelle. Merci pour la découverte.
    (Par contre la couverture… non quoi …)

    Répondre
    • 14 octobre 2014 à 11 h 38 min
      Permalien

      Je condamne également l’infidélité, mais force est de constater que je tombe toujours sous le charme des hommes qui sont infidèles (à moi comme à d’autres d’ailleurs…). Et ce roman m’a vraiment faite réfléchir et en quelques sortes apaisée sur certains situations de mon passé. C’est une lecture très personnelle, sur laquelle j’ai essayé de livrer un avis objectif. Mais j’ai hâte d’avoir le tien !

      Répondre
  • 14 octobre 2014 à 12 h 18 min
    Permalien

    Beaucoup d’avis positifs pour ce roman au sujet ô combien sensible. Le point de vue est-il trop féminin ? Il faudrait que je le lise pour me faire mon propre avis.

    Répondre
    • 14 octobre 2014 à 13 h 31 min
      Permalien

      Peut-être que le point de vue est féminin, et que c’est pour ça que ça m’a tant parlé. En tout cas j’ai vraiment hâte d’avoir ton avis sur le roman !

      Répondre
  • 14 octobre 2014 à 19 h 07 min
    Permalien

    Même si j’ai déjà un paquet de livres à lire (678 selon ma liste d’envie Amazon), le sujet me parait trés intéressant. Ça me parait compliqué de traiter ce genre de sujet étant donné le nombres de situations qui peuvent mener à l’infidélité. Malgré tout, si je peux comprendre, je reste contre. Je n’aimerais pas qu’on me le fasse, donc je ne le fais pas.

    Ceci dit, je me suis payé une réputation de connard pendant 2 mois pour avoir refusé les avances qu’une collègue me faisait dans le dos de son copain… parceque pour se venger, elle a joliment retourné la situation. Donc bon, on a beau faire de son mieux, c’est difficile de savoir comment agir des fois… et ça m’a calmé…

    Mais pour en revenir au livre, je pense que je m’y pencherais quand même, 173 pages c’est court, je pense que j’aurais le temps.

    Répondre
    • 14 octobre 2014 à 20 h 11 min
      Permalien

      Attention, je ne suis pas pour l’infidélité ! Mais c’est un sujet qui, s’il est bien traité, me touche tout particulièrement. Et là il faut dire que Diane Brasseur a vraiment fait un excellent boulot, tant au niveau de la narration, que des personnages. Et je ne parle même pas de l’écriture…

      Si ça peut te motiver, je l’ai lu en 1 heure 30 😉

      Répondre
      • 14 octobre 2014 à 22 h 46 min
        Permalien

        Ah mais j’ai bien compris que tu n’étais pas pour^^. Désolé si j’ai fais croire le contraire.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *