Daniel Glattauer

« Le charme est rompu. Alors on a 21 ans – et, bien sûr on rencontre tout de suite un autre paquet bien emballé. Et on se dit : cette fois, il me faut plus de contenu. Pas encore, essai suivant. C’est ainsi que se développe un destin féminin classique : elle croit devoir toujours s’intéresser aux mêmes types pour corriger « l’erreur de la première fois ». Chaque nouvelle erreur l’attache un peu plus à ces types.

Mia n’a choisi que des hommes qui se ressemblaient, et aucun n’a effacé la faute de son prédécesseur. Au contraire : chacun a su prouver avec brio qu’il était aussi vide que celui d’avant. »

Quand souffle le vent du nord, Daniel Glattauer.

D’humeur à corriger l’erreur de la première fois

8 pesnées sur “D’humeur à corriger l’erreur de la première fois

  • 30 avril 2014 à 16 h 25 min
    Permalien

    J’adore ! Je l’ai lu mais je ne me souvenais pas du tout de ce passage …

    Répondre
  • 2 mai 2014 à 18 h 15 min
    Permalien

    Tiens, c’est marrant je ne me souviens pas du tout de ce passage que je trouve bien vu. Mais il faut dire que je n’ai pas aimé le livre donc ça n’a pas dû me marquer 🙂

    Répondre
  • 5 mai 2014 à 21 h 01 min
    Permalien

    Autant mon cœur palpite encore pour “Quand souffle le vent du Nord” autant j’ai été profondément déçue par la suite “La septième vague”…

    Répondre

Répondre à Marion Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *