Je mourrai pas gibier - Guéraud

« Je suis né chasseur ! Je mourrai pas gibier ! »

Voilà des mois que je vois fleurir sur la blogosphère les avis les plus élogieux concernant le travail de Guillaume Guéraud, des mois que je ne peux me faire mon opinion sur la question tant les libraires de ma région semblent décidés à vouloir ignorer l’engouement que suscite cet auteur de littérature jeunesse. Heureusement, mon amie Moka a décidé de voler à mon secours, et dans un même temps d’égayer ma boîte aux lettres, en me faisant parvenir un petit colis contenant mon premier Guéraud.

Mortagne c’est le nom du village d’où vient Martial. Un village de mille deux cent quarante-neuf habitants. Un village où ceux qui travaillent le bois méprisent ceux qui ouvragent à la vigne. Et  vice-versa. Un village où personne ne sait vraiment comment tout a démarré. Mais c’est comme ça. Un village où les seuls à ne pas prendre partie sont le maire et Terence, l’idiot du patelin comme ils l’appellent là-bas. Un village où tout bascule un dimanche midi…

C’est complètement conquise par le style de l’auteur que j’achève ce très court roman. Les mots de Guillaume Guéraud nous percutent de leur violence froide, presque clinique, pour mieux venir titiller l’humanité qui est en nous. En soixante-quinze pages, il ne ménage jamais son lecteur, lui assénant avec la cruauté la plus constante des uppercuts moraux et stylistiques en jouant presque uniquement sur le dicton local : « Je suis né chasseur ! Je mourrai pas gibier ! ».

Je viens de me prendre une jolie claque littéraire, une de celles qui laissent en bouche le goût métallique du sang, et en lectrice masochiste que je suis, je tends l’autre joue dans l’espoir de m’en prendre une seconde avec l’adaptation en bande-dessinée que je me suis procurée le week-end dernier.

Je mourrai pas gibier – Guillaume Guéraud

20 avis sur « Je mourrai pas gibier – Guillaume Guéraud »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *