Mauvais Genre - Chloé Cruchaudet

« C’est dégueulasse, la mort, ceux qui disent le contraire sont des foutus menteurs… »

Alors que lundi prochain nous célébrerons l’Armistice de 1918, la fin des combats de la Première Guerre Mondiale, la victoire des alliés et la défaite de l’Allemagne, nous sommes plusieurs cette semaine à placer notre rendez-vous BD du mercredi sous le signe de la commémoration. En effet, Jérôme, LunchMo’, Moka, Noukette et moi avons décidé de partager une lecture commune autour d’une bande dessinée stupéfiante sur fond de guerre, le Mauvais Genre de Chloé Cruchaudet.

Mauvais Genre - 2013

Louise Landy et Paul Grappe sont amoureux, alors qu’ils entament une idylle pleine de promesses, la Première Guerre Mondiale éclate et Paul est envoyé au front. Traumatisé par la violence quotidienne des tranchées, et la mort brutale de ses camarades, le jeune homme finit par déserter et rejoindre sa dulcinée à Paris. Craignant l’exécution pour manquement au devoir face à l’ennemi, Paul se terre dans un hôtel miteux et occupe ses journées à boire et dormir. Un soir, n’y tenant plus, il emprunte les vêtements de Louise et part arpenter les rues de la capitale. Très vite, Paul va prendre goût au travestissement et au fil des nuits céder sa place à Suzanne…

Chloé Cruchaudet nous livre une oeuvre tout bonnement stupéfiante. S’inspirant de la vie de Paul Grappe, alias Suzanne Landgard, l’auteur nous dépeint aussi bien la guerre et ses horreurs, que le sexe et ses mystères, avec un réalisme et une violence qui s’avèrent troublants. Elle parvient à sublimer un sujet à risques, nous parlant à la fois de stress post-traumatique et de perte d’identité de manière assez crue, mais aussi insufflant une certaine dose de poésie à ses illustrations d’une réalité parfois bien difficile à imager. Ses dessins se déclinent en nuances de gris, dans lesquelles vient trancher le rouge d’un foulard ou d’une robe. Que dire si ce n’est que le travail graphique est véritablement impressionnant et continue d’hanter le lecteur bien après qu’il ait refermé la bande dessinée…

Mais plus que l’histoire d’un homme et de ses travers, c’est celle de toute une époque, d’une société et de ses mœurs que Chloé Cruchaudet nous conte dans Mauvais Genre, s’attachant à nous décrire aussi bien la tragédie de la guerre que la décadence des années folles. Elle introduit au cœur de tout ça un personnage complexe et intriguant, auquel le lecteur s’attachera ou non, mais qui un siècle plus tard s’avère toujours aussi fascinant. Vous l’aurez compris j’ai eu un véritable coup de cœur pour Louise, Paul et les autres, ainsi que pour le travail de l’auteur, qu’il nous emmène au fond d’une tranchée humide, ou dans un café parisien des plus élégants.

Un jolie découverte que je partage avec Jérôme, Lunch, Mo’, Moka et Noukette !

Rentrée Littéraire 2013

J’ajoute un titre au Challenge 1% Rentrée Littéraire 2013 de chez Hérisson.

4/6

topbd_2013

19/20 pour le top de Yaneck

Logo BD Mango Noir

Chez Mango

Mauvais Genre – Chloé Cruchaudet
Étiqueté avec :                            

45 pesnées sur “Mauvais Genre – Chloé Cruchaudet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *