Nous sommes cruels - Camille de Peretti

« Une trahison, certes mais – Dieu soit loué – la culpabilité ne fait pas partie des sentiments que nous sommes en mesure d’éprouver. »

Camille et Julien sont deux jeunes lycéens parisiens vouant un culte au roman de Choderlos de Laclos, Les Liaisons Dangereuses. Orgueilleux, cyniques et prétentieux, ils vont s’amuser à reprendre le duel pervers et libertin formé quelques siècles plus tôt par la Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont.

Avant de commencer à parler de Nous sommes cruels, je dois avouer très honteusement n’avoir jamais lu Les Liaisons Dangereuses, dont il est l’adaptation contemporaine. J’en ai tenté la lecture plusieurs fois, mais probablement trop jeune pour me laisser porter par l’écriture – oserais-je dire ampoulée ? – de Laclos, je n’ai jamais dépassé la moitié du roman.

Là où Camille de Peretti a réussi, c’est qu’elle m’aura donné l’envie de me pencher une ultime fois sur ce roman épistolaire que beaucoup voient comme une oeuvre marquante du XVIIIème siècle. Sans trop m’avancer, je pense que l’essentiel de ce qui m’a plu dans Nous sommes cruels vient, à la base, du roman de Choderlos de Laclos dont il se fait la réécriture. Cette correspondance malsaine, le jeu des masques, la manipulation, la tromperie et le libertinage sont à n’en pas douter les ingrédients prégnants des Liaisons Dangereuses.

Si je ne peux malheureusement pas effectuer de comparaison avec l’oeuvre d’origine, je peux néanmoins dire que j’ai apprécié la modernité de ce petit roman épistolaire. Le style de Camille de Peretti aidant, j’ai dévoré les lettres, e-mails et SMS échangés entre les différents protagonistes et c’est fébrile que j’ai suivi leurs aventures perverses d’une page à l’autre.

Cependant, je ne me suis prise d’affection pour aucun des personnages. J’irais même jusqu’à dire qu’au fil de la narration j’ai développé une forme de mépris pour ce qu’ils sont. De fait, à travers Nous sommes cruels, Camille de Peretti dresse le portrait d’une jeunesse dorée, aisée et blasée qui fait de Paris son terrain de jeux. On jongle entre les vacances d’été aux Etats-Unis, celles dans le sud de la France à Noël et ou encore en Thaïlande le week-end de Pâques, on s’imprègne de l’ambiance des classes les plus élitistes de Khâgnes et d’Hypokhâgnes, on se vautre sur les banquettes de bars et boîtes de nuit ultra-branchés à seize ans seulement et on se retrouve face à une jeunesse détestable, habituée à être contentée et inconsciente de ses privilèges.

Et pourtant il ne faut pas se méprendre, bien qu’ayant trouvé ses personnages exécrables, Nous sommes cruels s’est avéré être une belle découverte. Pas un livre inoubliable, mais un de ceux qui se lisent, volontiers et avec un certain plaisir. Et qui, on ne peut pas lui retirer, aura relancé ma curiosité à l’égard des Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos.

Logo Amoureux Saison 3

Je continue sur ma lancée et ajoute un titre au Challenge Amoureux – Saison 3 de la si charmante Irrégulière, catégorie Amour, piments et bossa nova.

01 – Un amour de jeunesse 

02 – Peindre ou faire l’amour

03 – Amour, piments et bossa nova 

04 – Amour, sexe et mobylette

05 – Les Amours d’Astrée et Céladon

06 – Mes amis, mes amours

Nous sommes cruels – Camille de Peretti

22 pesnées sur “Nous sommes cruels – Camille de Peretti

  • 4 mai 2013 à 11 h 18 min
    Permalien

    Cette réécriture moderne me tente beaucoup. J’avais adoré Les liaisons dangereuses. Il faut vraiment que tu réessayes !

    Répondre
  • 4 mai 2013 à 12 h 07 min
    Permalien

    Je te conseille vraiment la lecture des Liaisons dangereuses ! J’avais été assez déçue par ce roman de Camille de Peretti, que j’ai trouvé bien fade à côté du chef d’oeuvre de Laclos…
    Au passage, j’aime beaucoup ton blog 🙂

    Répondre
    • 4 mai 2013 à 12 h 09 min
      Permalien

      Il faut définitivement que je prenne le temps de lire Laclos cette année. En faisant quelques recherches sur Nous sommes cruels, je suis arrivée sur ton blog et j’ai eu un petit coup de cœur aussi 😉

      Répondre
      • 4 mai 2013 à 12 h 16 min
        Permalien

        Et si tu n’as pas le temps dans l’immédiat de lire Laclos, je peux aussi te conseiller le film de Stephen Frears (“Les liaisons dangereuses”), avec John Malkovich et Glenn Close, absolument excellent (selon moi). Puisque je vois que tu aimes aussi le cinéma… 😉

        Répondre
  • 4 mai 2013 à 13 h 12 min
    Permalien

    J’ai vu le film mais je n’ai jamais lu Les liaisons dangereuses non plus. Je viens de lire d’autres romans épistolaires et bien aimé ce style, de plus ton billet me donne encore plus envie de me repencher sur celui-ci

    Répondre
  • 4 mai 2013 à 16 h 34 min
    Permalien

    ça sent le déjà vu. Enfin, ça a déjà été fait en film en tout cas, cette modernisation. Ceci dit, si ça te pousse à lire les Liaisons, ça sera déjà ça 😉

    Répondre
  • 4 mai 2013 à 18 h 40 min
    Permalien

    Je viens de le finir ! J’ai été un peu déçue. Comme tu dis, un livre agréable à lire et quelque fois intéressant mais pas aussi cruel que je le pensais.
    Je n’ai pas lu non plus les liaisons dangereuses.(mais j’ai vu le film).

    Répondre
    • 4 mai 2013 à 22 h 38 min
      Permalien

      Rassurée je suis, nous sommes plusieurs à ne pas avoir lu le roman de Choderlos de Laclos. Je te rejoins un peu, je suis un brin déçue.

      Répondre
  • 4 mai 2013 à 19 h 47 min
    Permalien

    Il fait également partie de mes lectures récentes. En ce qui me concerne, n’ai été réellement emballée que par les dernières lettres de l’échange. Lecture sympa, mais n’en garderai pas un souvenir impérissable.

    Répondre
    • 4 mai 2013 à 22 h 40 min
      Permalien

      Oui, c’est ce que j’en dis aussi. J’ai apprécié ma lecture, même si je suis un peu déçue par les personnages. Mais ça ne sera pas mon gros coup de cœur de l’année. Lu et finalement vite oublié.

      Répondre
  • 5 mai 2013 à 18 h 47 min
    Permalien

    J’aime bien l’épistolaire mais j’avoue que la jeunesse dorée, aisée et blasée, ça me sort un peu par les yeux…

    Répondre
  • 21 mai 2013 à 16 h 52 min
    Permalien

    J’ai adoré les liaisons dangereuses, du coup ce livre me tente beaucoup !
    Je note, je ne connaissais pas !

    Répondre
  • 28 mars 2016 à 19 h 39 min
    Permalien

    J’avais adoré Les Liaisons Dangereuses que j’avais à mon programme de français de première… Donc j’ai adoré ce roman épistolaire !

    Répondre
    • 28 mars 2016 à 20 h 48 min
      Permalien

      Je n’ai toujours pas lu Les Liaisons Dangereuses

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *