Christian Bobin

« L’amour est passé sur vous comme les rouges incendies sur les forêts de Provence. Il faudra des années avant que l’herbe repousse, avant qu’un nouvel amour revienne peupler les lieux du désastre – et les lieux du désastre c’est vous tout entière, de la robe de coton aux pensées interdites, de votre goût du thé à votre mélancolie du printemps. Vous tout entière. Comment faire. »

Une petite robe de fête, Christian Bobin

D’humeur à revenir sur les lieux du désastre
Étiqueté avec :            

Une pensée sur “D’humeur à revenir sur les lieux du désastre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *