« Je t’ai aimée, Médée. J’ai aimé notre vie forcenée. J’ai aimé le crime et l’aventure avec toi. Et nos étreintes, nos sales luttes de chiffonniers, et cette entente de complices que nous retrouvions le soir, sur la paillasse, dans un coin de notre roulotte, après nos coups. J’ai aimé ton monde noir, ton audace, ta révolte, ta connivence avec l’horreur et la mort, ta rage de tout détruire. J’ai cru avec toi qu’il fallait toujours prendre et se battre et que tout était permis. »

Médée, Jean Anouilh.

D’humeur à jouer de la tragédie
Étiqueté avec :                

4 pesnées sur “D’humeur à jouer de la tragédie

    • 25 août 2012 à 10 h 21 min
      Permalien

      Je termine Médée ce soir et commence Antigone ce week-end 😉

      Répondre
  • 25 août 2012 à 7 h 24 min
    Permalien

    Il faut que je le lise… Tu vas aller voir A perdre la raison? Moi, j’hésite…

    Répondre
    • 25 août 2012 à 10 h 23 min
      Permalien

      La bande-annonce m’a assez convaincue. Ceci dit, j’ai tellement de choses à voir au cinéma ces derniers temps… Un film que tu ne dois rater sous aucun prétexte : Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *