Abandonnée après trente ans de mariage par son époux, qui lui préfère une jeune pause à la française, Mia se retire dans le petit village de Bonden pour passer du temps avec sa maman et enseigner la poésie à la jeunesse locale.

Un été sans les hommes ? Mon oeil ! Première déception… S’il est vrai que Mia se retrouve principalement entourée de personnages féminins, les poétesses en herbe et les veuves de la maison de retraite se font bien souvent éclipser par la présence fantomatique de Boris et ses compatriotes. Les hommes sont là, dans les pensées, dans les conversations, griffonnés sur les bouts de papier, dactylographiés dans les e-mails et même jusque dans la maison d’à côté…

Et c’est finalement avec un sentiment constant de confusion que l’on lit le roman de Siri Hustvedt puisqu’on s’y retrouve perdu dans une foule de personnages féminins à peine esquissés, effacés par les hommes, que l’on n’apprend jamais à connaître, et pire, que l’on ne cesse de mélanger.

D’autre part la narratrice, Mia, m’est apparu comme profondément antipathique. Un été sans les hommes se lit un peu comme son journal de bord estival, elle y revisite son passé, y vit son présent et y pense son futur. Récit, poésie, dessin, elle touche à tout. Et là… Deuxième déception. Sa prose est pompeuse, ses vers irritants. C’est une femme qui se regarde écrire, qui cherche à rendre sa narration savante, et l’excès de références scientifiques et culturelles qu’elle essaie de placer est rébarbatif.

Alors certes, tout n’est pas jeter. Il y a quelques passages drôles ou tendres et quelques portraits bien dressés, mais c’est trop tard, l’ennui s’est installé confortablement et il est impossible de s’y soustraire. De plus, les quelques moments savoureux sont une bien maigre consolation face aux heures passées à attendre vainement qu’il se passe enfin quelque chose dans cet été faussement dénué de présence masculine.

Un été en compagnie de Siri Hustvedt ? On s’en passerait bien…

Un été sans les hommes – Siri Hustvedt

Une pensée sur “Un été sans les hommes – Siri Hustvedt

    • 15 décembre 2012 à 10 h 26 min
      Permalien

      J’étais très surprise de tous ces avis dithyrambiques…

      Répondre
  • 27 août 2011 à 9 h 46 min
    Permalien

    Je crois que je ne vais pas pouvoir m’empêcher de sourire en pensant à ce titre désormais…

    Répondre
  • 27 octobre 2013 à 21 h 54 min
    Permalien

    J’ai dû m’y prendre à deux reprises pour le lire mais finalement je lui ai trouvé un certain charme ! Par contre je n’ai pas du tout compris les petits dessins…

    Répondre
    • 27 octobre 2013 à 21 h 58 min
      Permalien

      Pour ma part, je n’ai pas du tout compris l’engouement suscité autour de ce roman. Il m’a passablement ennuyée…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *